Fondation Hirondelle Un engagement de 19 ans pour une information libre

Catégorie

A propos

Publication

vendredi 4 juillet 2014 17:39

Affichage

1479

Depuis 1995, la Fondation Hirondelle, basée à Lausanne, soutient le travail de médias dans des pays en crise.

Objectif: diffuser une information rigoureuse et neutre afin de favoriser le débat démocratique. Une mission de longue haleine à laquelle contribuent quelque 200 collaborateurs à travers le monde.

Au printemps 1994, le journaliste romand Philippe Dahinden découvre l'horreur du génocide rwandais. Marqué par l'ampleur et la violence de ce drame, il refuse de rester les bras croisés. L'homme aide à mettre sur pied puis dirige Radio Agatashya (hirondelle en langue rwandaise), une station indépendante à vocation humanitaire, qui diffuse des informations destinées aux réfugiés rwandais.
L'année suivante, plus précisément le 17 mars 1995, il crée la Fondation Hirondelle, entouré des journalistes Jean-Marie Etter et François Gross. L'institution reprend Radio Agatashya jusque-là sous l'égide de "Reporters sans frontières". C'est le début d'une grande aventure qui dure maintenant depuis dix-neuf ans, et ce malgré le décès de Philippe Dahinden en 2012.
Forte présence en Afrique
Dix-neuf ans durant lesquels l'organisation créée par les trois hommes a lutté contre la propagande et la désinformation. "Le rôle des médias est crucial dans des sociétés qui souffrent de violences sociales et qui ont tendance à se polariser", a tenu à rappeler jeudi Jean-Marie Etter, directeur général de la fondation dans le cadre d'une journée portes ouvertes.
Au fil des ans, la Fondation Hirondelle a multiplié les soutiens à des médias aux quatre coins de la planète: Népal, Timor, Kosovo mais aussi et surtout en Afrique, notamment en République Démocratique du Congo, au Soudan, au Libéria, en Tunisie ou au Mali.
Sept projets en cours
Actuellement, la fondation soutient sept infrastructures médiatiques, toutes sur le continent africain. L'Agence de presse Hirondelle News auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda, à Arusha, Radio Ndeke Luka en République Centrafricaine, Radio Okapi en République Démocratique du Congo, Miraya FM au Soudan, un appui à la radio tunisienne, Studio Tamani au Mali et Studio Mozaik en Côte d'Ivoire.
Son travail a plusieurs fois été salué. Par exemple, en 2003, avec le prix Henri Dunant pour ses "accomplissements exceptionnels dans le domaine de l'information en zones de crise", ou encore cette année avec le prix pour la protection des journalistes.
Plus de 200 collaborateurs
Pour accomplir sa mission, l'ONG emploie quelque 150 personnes à l'étranger, 20 en équivalent plein temps en Suisse et collabore avec environ 35 consultants. Elle dispose d'un budget annuel d'environ 10 millions de francs qui provient d'acteurs divers. Des gouvernements parmi lesquels la Suisse, mais également l'Union européenne, l'Organisation internationale de la Francophonie, ainsi que des donateurs privés et de fondations.


TAGGED UNDER
Jounaliste