×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Bilal Ag Acherif hué par des femmes de Kidal

Catégorie

Studio Tamani : Toutes les voix du Mali : articles, journaux et débats en podcast

Publication

jeudi 14 novembre 2013 18:45

Affichage

2421

La tension est restée vive aujourd'hui à Kidal.
Le président du MNLA, Bilal Ag Chérif, est arrivé hier soir après une escale à Tessalit. Accompagné d'une forte délégation composée des responsables des deux autres mouvements, le HCUA, le MAA et des membres de la commission technique mixte de sécurité. En fin de journée, Bilal Ag Acherif a néanmoins remis les clés de la cité administrative, du gouvernorat et de l'ORTM au numéro 2 de la MINUSMA le professeur Abdoulaye Bathily.

Dès son arrivée le leader du MNLA a été pris à partie et hué par ses partisans notamment des femmes. Ces derniers refusent toujours de quitter l'Ortm et le gouvernorat. Bilal Ag Acherif a passé de nombreuses heures à convaincre ses partisans et ceux des autres groupes armés, de quitter le gouvernorat et les locaux de la radio-télévision nationale. Le chef du MNLA est resté une partie de la nuit, selon des témoins, à justifier les positions de l'alliance des mouvements dans le studio de l'ORTM.
Selon des sources jointes au téléphone, et qui requièrent l'anonymat, la délégation venue de Ouagadougou a tenu aussi une réunion d'explication avec les partisans du mouvement. Au cours de cette rencontre le président du MNLA a du essuyer les invectives de femmes de la communauté touareg. Les paroles ont été parfois très dures, reprochant notamment au chef du mouvement de «vendre les populations au Mali».
C'est aujourd'hui qu'expire l'ultimatum pour procéder à libérer les locaux des deux lieux symboliques de Kidal.
Si les hommes armés ont d'ores et déjà déserté dans la journée les sites en question, en revanche des groupes de femmes avec leurs enfants ont décidé de ne pas les quitter. Ces partisanes du MNLA ont installé des abris devant le gouvernorat et ont fait brûler des pneus. Le feu n'a pas atteint le bâtiment.
Les manifestantes affirment qu'elles sont déterminées à empêcher l'accès aux deux immeubles, tant qu'elles n'auront pas obtenu la libération de leurs «parents, maris, frères et enfants détenus illégalement à Bamako». Elles exigent aussi l'intervention de la force Serval pour faciliter ces libérations.

La force serval continue la traque des jihadistes

Des membres d'Aqmi ont été neutralisés cette nuit dans la région de Tessalit. Les forces françaises ont repéré un pick- up dans le désert et ont réussi à mettre la main sur un stock d'armes.
«Les opérations militaires au Mali se poursuivent». L'amiral Edouard Guillaud chef d'état major des forces françaises l'a confirmé ce matin depuis Paris. La nuit dernière-a-t-il indiqué, un groupe désigné comme appartenant à Al Qaïda a été neutralisé dans le désert à environ 200 kilomètres à l'ouest de Tessalit.
Cette opération était toujours en cours, ce jeudi dans la journée, avec la récupération du matériel qui devrait donner des informations aux services français du renseignement.
L'amiral Guillaud a rappelé que la force serval avait deux manières d'agir au Mali. Soit de grosses opérations comme celle qui a été baptisée Hydre, soit des actions de type chasse sur le terrain, ou enfin la collecte d'informations auprès des populations.
Le chef d'état major a estimé que l'opération de la force serval au Mali n'est pas achevée, même si le niveau de violence à énormément baissé. « En huit mois nous avons fait des avancées phénoménales» a-t-il dit. Il a confirmé que l'armée française «coopère aussi bien avec les pays voisins», Niger, Burkina Faso, éventuellement Tchad et également «avec l'Algérie» de façon qu'il « n'y ait pas de sanctuaire».

Minusma : Renforts du Burkina Faso, du Rawanda et du Cambodge

Attendus pour la fin de l'année les renforts de la Minusma commencent à se profiler. Après la confirmation néerlandaise de l'envoi de 380 soldats et de quatre hélicoptères Apache (qui seront basés à Gao, avec 150 soldats) l'assemblée Nationale du Burkina a décidé l'envoi au Mali d'un contingent Burkinabé de 935 hommes supplémentaire. Il s'agit pour la plupart de gendarmes.
Par ailleurs le Cambodge compte fournir 298 soldats à la MINUSMA. «Au total 154 soldats de l'unité d'ingénierie aéroportuaire et 144 autres de l'unité de neutralisation des munitions explosives seront déployés en décembre au Mali, où ils commenceront leur mandat en janvier prochain». L' information a été confirmée par le directeur général du Centre national de la Force de maintien de la paix du Cambodge. Depuis 2006, le Cambodge a envoyé 1600 soldats de la paix au Soudan, au Soudan du Sud, au Tchad, en Centrafrique, au Liban et en Syrie.
Enfin le Rwanda a annoncé qu'il allait déployer pendant un an 140 policiers.


TAGGED UNDER
Kidal Serval MNLA Aqmi