Kidal : cessez le feu toujours respecté aujourd'hui

Catégorie

Studio Tamani : Toutes les voix du Mali : articles, journaux et débats en podcast

Publication

mardi 20 mai 2014 18:17

Affichage

1926

Les tensions restent vives à Kidal . Le cessez le feu a été toutefois respecté durant la journée. Hier soir le MNLA a libéré la trentaine d'otage qu'il retenait depuis ce week-end. Les groupes armés et les militaires maliens se font face et se renforcent. Le MNLA occupe toujours le gouvernorat. Cette situation très conflictuelle provoque des déplacements au sein de la population qui redoute une recrudescence de la violence.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a dénoncé lundi les « crimes odieux » commis à Kidal , où une trentaine de personnes ont été tuées ce week-end dans les combats entre soldats maliens et groupes armés, assurant qu'ils « ne resteront pas impunis ».
Le président a tout d'abord affirmé que « le gouvernement du Mali jouera pleinement son rôle » . avertissant « les auteurs des prises d'otages et exécutions sommaires » qu'ils « seront poursuivis devant les juridictions nationales et internationales », . « ces crimes odieux » a-t-il martelé « ne resteront pas impunis . Ils sont qualifiables de crimes contre l'humanité », a-t-il insisté.
Cette attaque est pour le président «est une déclaration objective de guerre à l'Etat du Mali ». A cours de son intervention il a mis en cause le MNLA disant qu'il « n'est plus permis de douter de la collusion entre les mouvements armés et le terrorisme international: samedi dernier, les fanions d'Aqmi, d'Ansar Dine » ainsi que « du Mujao flottaient sur les véhicules des agresseurs, à côté de ceux du MNLA », tous sont « de connivence » a dit le président « avec le narcotrafic international ». Pour lui « plus jamais une délégation de l'Etat ne sera prise à partie à Kidal » Cependant, a dit le président « le Mali ne perdra jamais de vue le respect de ses engagements. Nous allons donc au dialogue » a-t-il insisté « convaincus que le salut passe impérativement par là », a-t-il ajouté, en exhortant les autres parties prenantes au processus à honorer également leurs promesses.
Moussa Ag Acharatoumane,un responsable des rebelles touareg maliens, de passage à Rome, a affirmé que son mouvement n'a « exécuté personne » à Kidal. Il a revendiqué une logique d' « apaisement ».Il a démenti que son mouvement ait « exécuté le préfet et le sous-préfet » de Kidal. « Ils sont morts dans les affrontements, » a-t-il dit.
1500 soldats de l'armée malienne sont venus renforcer depuis ce week end le contingent déjà présent à Kidal. La France a annoncé qu'elle allait envoyer une trentaine de soldats supplémentaires Le détachement français à Kidal sera ainsi porté à « un peu moins d'une centaine » d'hommes. Par ailleurs le regain de tension dans le nord du Mali a contraint Paris à « décaler de quelques semaines » le basculement de son dispositif militaire au Sahel
La Minusma a tenu a faire le point aujourd'hui sur sa présence au Mali après les vives critiques dont elle fait l'objet depuis quelques jours. Notamment sur son inaction à Kidal Selon Berth Koenders son représentant spécial le pays peut compter sur la MINUSMA pour retrouver son intégrité territoriale. Il a rappelé que la mission a été déployée pour cela.


TAGGED UNDER
Kidal MNLA MINUSMA