×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Deux journalistes de RFI enlevés et tués à Kidal

Catégorie

Politique

Publication

samedi 2 novembre 2013 18:23

Affichage

2205

Deux journalistes de RFI ont été enlevés et tués ce samedi après-midi à Kidal. Ghislaine Dupont et Claude Verlon effectuaient un reportage sur le MNLA en vue de préparer une opération spéciale de la « radio mondiale » prévue dans quelques jours à Bamako.

 

Les deux reporters, enquêtaient pour une émission spéciale de RFI prévue les 6 et 7 novembre au Mali. Selon leur guide ils venait de quitter le domicile d'Ambeiry AG Ghissa, l'un des leaders du MNLA, pour prendre la route de Tin Essalit au Nord lorsqu'ils «ont été enlevés par un groupe armé». Ils ont été ensuite tués à quelques kilomètres de Kidal. L'information a été donnée par un préfet de la région ainsi que les forces de sécurité maliennes et des sources touarègues du Mouvement national de libération de l'Azawad . L'information a été peu après confirmée par le Quai d'Orsay. Dans un communiqué le ministère français des affaires étrangères a déclaré que «les services de l'État français, en lien avec les autorités maliennes, mettent tout en œuvre pour que la lumière soit faite le plus rapidement possible sur les circonstances de leur décès»
«Quelques minutes après le début de la poursuite des ravisseurs des deux Français, on nous a informés que leurs corps ont été retrouvés criblés de balles à l'extérieur de la ville», a déclaré Paul-Marie Sidibé, préfet de la localité de Tinzawaten, qui est basé à Kidal. Les corps ont été découverts à une douzaine de kilomètres de Kidal. L'armée française est sur place pour procéder à l'identification des corps. RFI a précisé les circonstances du rapt :
« Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été enlevés devant le domicile d'Ambéry Ag Rissa, un éminent représentant du MNLA de Kidal. Ambéry Ag Rissa a entendu un bruit suspect dans la rue, des coups de crosse portés contre le véhicule de nos reporters. Il a alors entrouvert sa porte et a vu les ravisseurs embarquer nos deux journalistes dans un véhicule 4 x 4 beige. Les ravisseurs l'ont menacé de leurs armes et l'ont sommé de rentrer chez lui ».