Kati: l'opération «SANIYA» met fin à la mutinerie

La mutinerie au camp militaire de Kati a été stoppée par une opération de grande envergure organisée par l'Etat major de l'armée. Le ministère de la défense annonce aussi que l'armée a saisi les armes qui se trouvaient au domicile du général Sanogo. Selon des informations confidentielles parvenues au Studio Tamani, au moins 300 militaires ont participé à l’opération de «nettoyage» encore en cours au camp militaire de Kati. Il s'agit d'unités spéciales provenant de différentes bases militaires, dont celles de Koulikoro, Gao et Bamako.

La ville garnison de Kati, située à 10 km à peine de Bamako, est depuis hier sous le contrôle total de l’armée malienne. Cela, suite à la mutinerie menée depuis le lundi 30 Septembre par les membres de l’ex-Junte auteur du coup d’Etat militaire de Mars 2012. L’opération est baptisé “SANIYA” ou “grand nettoyage”. Elle est menée par une demi-douzaine d’unités spéciales de l’armée malienne expressément retirées du front, appuyée par une unité spéciale de Bamako et 200 éléments de la Garde nationale qui ont mis fin aux troubles des mutins de Kati. C’est le Lt/Col Jean Elysée Dao, un des bras droit du Général Didier Dacko, l’ex-commandant des opérations de l’armée malienne au nord du Mali qui mène la mission. Le sort des mutins est désormais entre les mains des différentes commissions de discipline constituées au sein des différents corps de l’armée. C’est l’avis du Général Dahirou DEMBLELE, chef d'Etat-major des armées du Mali. Le cas des mutins en fuite avec armes et munitions est désormais traité par la gendarmerie nationale. Les premières investigations font état de l’arrestation de plusieurs chefs de la mutinerie, dont le capitaine Amadou KONARE et le Colonel Youssouf TRAORE.