×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Vendeur de drapeaux

Des tensions dans l'enquête sur l'assassinat des journalistes de RFI

Des tensions apparaissent entre les autorités maliennes et françaises dans l'enquête sur le double assassinat des journalistes à Kidal. Contrairement à ce qu'a affirmé ce week-end le ministre français de l'intérieur, des tensions existent entre les services maliens et français.

Côté malien on affirme que le malaise existe depuis le début des investigations. Le Mali se sent même exclu des opérations conduites par l'armée française et n'hésite pas à le dire. Le commandant Modibo Naman Traoré des forces armées maliennes a exprimé cette frustration dans une interview à l'hebdomadaire français le Point, il estime que les forces maliennes «ont été mises à l'écart »
Il reproche aux autorités françaises «dans cette enquête comme sur le terrain, n'avoir aucune marge de manœuvre à Kidal» .
Contacté par la rédaction de Studio Tamani ce matin, ce dernier a confirmé les propos qu'il a tenu à l'hebdomadaire de le Point.
Ces déclarations interpellent après celles du général Samaké, ministre de la sécurité et de la protection civile qui commande les forces maliennes, «nos relations avec la France» a-t-il déclaré ce week-end lors de la visite du ministre français de l'intérieur. « sont vraiment au beau fixe»

Pourtant le commandant Modibo Naman Traoré également responsable de la direction de l'information et des relations publiques de l'armée, pointe «l'impuissance» des soldats maliens qui se sentent «très mal à l'aise» . Il déplore cette situation «vécue comme une humiliation».
Le constat du commandant Modibo Naman Traoré traduit aussi les difficultés des troupes maliennes à Kidal. Elles sont le plus souvent contraintes au confinement en raison de la présence des groupes armés, de l'opération Serval et de la Minusma.
Avant de quitter Bamako, le ministre français de l'intérieur qui a souligné durant son bref séjour dans la capitale malienne, «les bonnes relations» entre les services des deux forces armées, a été fait commandeur de l'Ordre National du Mali, des mains du président IBK.