×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 236

Kidal sous tension après les propos va t'en guerre du vice président du MNLA

Catégorie

Politique

Publication

samedi 30 novembre 2013 14:34

Affichage

1104

La déclaration va t'en guerre du vice président du MNLA a été corrigée depuis, par d'autres responsables du mouvement. Ces derniers affirment que l'heure n'est pas encore à la reprise des combats. Pourtant hier Mahamadou Djeri Maïga avait tenu des propos menaçants: « Là où on trouvera l'armée malienne, on lancera l'assaut sur elle. Ce sera automatique» a-t-il déclaré. Pour Ambery Ag Rissa, représentant du mouvement à Kidal, ces propos sont excessifs:«il est allé loin dans sa déclaration». Les événements sont graves et condamnables, mais «on en est pas encore là» souligne -t-il.

Selon lui « le processus de dialogue se poursuit conformément aux accords de Ouagadougou . Il affirme que son mouvement « n'a pas rompu avec les autorités de Bamako » . Il accuse cependant le gouvernement de ne pas respecter ses engagements . « les prisonniers du MNLA ne sont toujours pas libérés , l'armée tire sur des femmes et des enfants qui manifestent pacifiquement ».
En fait le regain de tension se nourri dans les rangs touaregs du sentiment d'avoir été bernés par Bamako. Au sein des différents groupes armés on estime avoir donné suffisamment de gages en restituant les sites «sécurisés» de Kidal , et en acceptant le cantonnement dans les locaux de la gendarmerie. La manifestation de jeudi à l'aéroport et les tirs qui ont suivis a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Selon le MNLA, les tirs « à balles réelles », « sur des femmes et des enfants qui manifestaient pacifiquement », ont fait un mort et cinq blessés – trois femmes et deux enfants, l'une des femmes se trouvant dans un état critique.
Pour le gouvernement malien, ses troupes, «prises à partie par des éléments incontrôlés», ont procédé à des «tirs de sommation» après avoir essuyé « des jets de pierre et des tirs d'armes ».
Suite à ces incidents un malaise est apparu entre les autorités maliennes et la Minusma. Le président Ibrahim Boubacar Keita aurait manifesté son mécontentement en qualifiant l'attitude des Casques Bleus de «passive» et en jugeant les mesures de sécurité insuffisantes, compte tenu de la visite du premier ministre annoncée à Kidal. La Minusma a aussitôt réagi dans un communiqué, en écrivant qu'elle «déplore le fait que des incidents sérieux aient eu lieu à l'aéroport de Kidal et ce, malgré le plan de sécurité coordonné mercredi par le gouvernement malien en coopération avec la MINUSMA et avec le soutien de la force Serval».
La situation était normale ce matin et en début d'après midi à Kidal . La population vaque apparemment librement à ses occupations selon des témoins .
Le gouverneur joint au téléphone a déclaré que les trois personnes blessées jeudi vont mieux. Elle sont soignées à Bamako. Le gouverneur conteste le bilan donné par le MNLA de la manifestation à l'aéroport. Le colonel Kamissoko, s'est adressé au président du conseil de cercle de Kidal pour raisonner les jeunes manifestants . Le responsable du cercle affirme qu'il ignore l'origine de ces jeunes et qu'ils n'appartiennent pas aux tribus de la région.


TAGGED UNDER
Kidal MNLA Nord