×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Identification des corps de Diago: les légistes souhaitent l'appui de spécialistes français

Catégorie

Politique

Publication

vendredi 6 décembre 2013 17:51

Affichage

1725

L'identification des corps exhumés du charnier de Diago n'a pas encore commencé. L'équipe des légistes maliens souhaite l'appui de spécialistes français pour les aider dans leur travail. Parallèlement, l'hypothèse de l'existence d'autres fosses communes est évoquée par les familles de disparus.

Pour l'instant on ignore encore si la demande des légistes a été prise en compte. Pour l'heure, ils travaillent en liaison avec la police scientifique du service d'investigation de la police judiciaire de la gendarmerie. Mais la contribution des légistes français apparaît comme étant nécessaire aux enquêteurs, voire indispensable, à ce stade des investigations. Même s'il existe de fortes probabilités que les corps retrouvés, soient ceux des bérets rouges disparus, les responsables de l'instruction attendent des preuves incontestables. Des approximations dans le processus d'identification des corps pourraient altérer la suite de la procédure judiciaire.
Les familles des victimes et L'AMDH (Association Malienne des Droits de l'Homme) évoquent aujourd'hui l'hypothèse de l'existence d'autres charniers à Yélékébougou et Dougabougou, deux localités situées dans les environs de Kati.
L'avocat et président de l'association des droits de l'homme maître Moctar Mariko, qui est aussi celui des familles a d'ores et déjà demandé une requalification de la mise en examen du général Sanogo ainsi que les autres militaires arrêtés dans le cadre de l'instruction, «en assassinats, meurtres et violences». Dans une interview à France 24 hier, le président de la république a évoqué l'affaire du charnier de Diago. Il n'a pas souhaité commenter la découverte des corps des 21 militaires. Il a préféré exprimer sa compassion aux familles des victimes, en réaffirmant «sa foi en la justice de son pays».


TAGGED UNDER
Mutinerie Kati Sanogo