×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Signature de l'accord de Ouagadougou

Le MNLA répond à IBK: « l'accord de Ouga est-il caduque ? »

«Nous respectons les accords de Ouagadougou jusqu'à ce qu'on nous dise qu'ils sont caduques ». Ambery Ag Rhissa a réagi ce jeudi aux propos du président Ibrahim Boubacar Keita. Ce dernier a affirmé à Kayes « ne plus négocier d'égal à égal avec des hommes en armes ».

Ambery Ag Rhissa l'un des leader politique du MNALA s'interroge, « si l'état malien ne négocie pas avec les groupes armés , avec qui alors va-t-il négocier ? ». Le responsable du mouvement à Kidal rappelle la position du MNLA: « nous sommes derrière les accords de Ouaga tout court, jusqu'à ce qu'on sache s'il est applicable où non» . Pour Ambery Ag Rhissa, l'équation actuelle se résume ainsi « l'état malien veut-il appliquer ou pas l'accord de Ouagadougou. Est-il toujours maintenu ou est-il caduque ».
Le leader du MNLA rappelle que son mouvement a déposé les armes depuis le mois de juillet » et a procédé au cantonnement de ses forces à Kidal. « Depuis le mois de juillet » souligne-t-il, « nous n'avons pas tiré une seule balle sur l'état malien, alors qu'il a continué a tirer sur les populations».
Les chefs d'état-major de l'armée malienne, de la MINUSMA, et de l'opération Serval se sont déplacés hier mercredi à Kidal pour s'enquérir du moral des troupes, et particulièrement de celui des militaires sénégalais. Les responsables militaires ont également étudié les mesures sécuritaires nécessaires face à la multiplication des attaques de ces derniers jours .
De son côté le président sénégalais Macky Sall a rendu hommage ce jeudi aux deux Casques bleus sénégalais tués samedi dans l'attentat contre la Banque malienne de solidarité à Kidal. Dans ses propos, il a assuré que « son pays assure une sécurité préventive » en envoyant des soldats au Mali.
Les deux soldats «sont tombés au champ d'honneur à Kidal où ils étaient partis défendre la paix et la sécurité du peuple frère et ami du Mali », a affirmé Macky Sall à la presse après avoir décoré les deux casques bleus à titre posthume, à Dakar.
« En prenant la décision historique d'envoyer un contingent au Mali, notre pays a voulu exprimer une solidarité à l'égard de son frère jumeau, le Mali. Aller combattre au Mali contre le terrorisme, c'est aussi faire preuve d'une sécurité préventive pour le Sénégal », a-t-il dit, en présence de membres du gouvernement sénégalais et de parents des deux défunts soldats.
Outre ces deux soldats sénégalais tués, plusieurs Casques bleus et des soldats maliens ont également été blessés lors de cet attentat samedi contre la banque de Kidal.
Un jihadiste malien, Sultan Ould Badi, qui a été membre de plusieurs groupes islamistes armés du Sahel, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a, « au nom de tous les moujahidine », revendiqué l'attentat dans un appel téléphonique à l'AFP.
Le contingent sénégalais au Mali compte 502 militaires et 145 gendarmes qui font partie de la mission de l'ONU, la Minusma qui, au total, compte environ 6.000 soldats.