×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Attaques à la roquette de Gao : 5 suspects interpellés

Catégorie

Politique

Publication

jeudi 26 décembre 2013 19:41

Affichage

1496

5 suspects ont été arrêtés ce matin par l'armée malienne à Gao suite aux attaques d'hier à la roquette. Ces attaques n'ont pas fait de victime. Ces suspects ont été interpellés dans les environs du village de Batal à une vingtaine de Km de la ville de Gao.
Parmi eux, un, a été identifié comme jihadiste par l'armée malienne, un autre serait toujours en interrogatoire. Les trois autres ont été libérés comme simples bergers qui étaient dans les environs au moment de l'opération, selon le témoignage d'un journaliste que nous avons joint sur place, Kader Touré. Après les détonations entendues hier matin dans la ville, « les forces armées et de sécurité ont réagit de façon très très rapide ».

Il y a un, poursuit-il « qui a carrément été identifié , comme étant un jihadiste qui a servi pendant de l'occupation, mais pour le second les enquête se poursuivent pour pouvoir véritablement l'identifier ».

Parmi les trois régions libérés en janvier 2013, Gao est en permanence la cible d'attaque à la roquettes tirés à partir des bourgades situées en périphérie de la ville.
Causes probables
Chassés des trois principales villes du nord du Mali grâce à l'intervention franco-africaine de janvier dernier, les islamistes se sont réorganisés et continuent de mener des actions de guérilla et d'attaques jihadiste. De source militaire, les branches dormantes du Mouvement pour l'Unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) sont à la base de plusieurs attaques à la roquette visant la ville de Gao.
Pendant l'occupation de la ville, plusieurs jeunes de la région auraient été recrutés pour servir dans les rangs du MUJAO, selon des habitants de Gao. « Ces ex-combattants sont pour la plupart, originaires de la ville et ont été obligés de fuir lors de la libération car connu des habitants. Ne pouvant plus retourner chez eux, par crainte d'être dénoncés, ils se sont retranchés dans les villages tout au tour de Gao » précisent des habitants joins par Studio Tamani.
Situation à Kidal
Après le désengagement de Kidal de plus de 150 militaires de la force Serval, la situation de façon générale n'a pas fondamentalement changé. Le quota désengagé par la France est complété par les renforts de l'armée malienne et celles la MINUSMA.

Sentiment de la population de Kidal, après l'allègement de la force serval

Selon un habitant que nous avons joint, « Il y a beaucoup de gens qui s'inquiètent de l'allègement du dispositif de la force serval à Kidal. Ils craignent plutôt une incursion des jihadistes à un moment ou à un autre, mais ça n'a pas un effet perceptible sur la ville. Ce qui est sûre, c'est que la tension reste toujours vive entre l'armée malienne et les groupes rebelle (MNLA et HCUA). Toutes les nuits à Kidal, il y a des boutiques qui sont vandalisées ».


TAGGED UNDER
Gao Kidal terrorisme