×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Imprimer

Lutte contre la corruption « De nombreuses personnalités entendues »

Catégorie

Politique

Publication

jeudi 2 janvier 2014 18:41

Affichage

2997

Des sources proches du bureau de répression économique évoquent de nombreuses auditions.
Ces auditions concerneraient une centaine de dossiers. Les auditions sont en cours et toujours selon nos sources, certains hauts cadres qui ont servi pendant la transition pourraient être concernés par ces auditions. On y retrouve des anciens ministres des Finances, des directeurs généraux, des directeurs financiers ou encore des banquiers.

Les interrogatoires durent parfois plusieurs heures.

On avance le chiffre de près de 50 milliards de francs CFA détournés pour moins de vingt dossiers. Le plus gros dossier pourrait concerner celui de l'attribution de la troisième licence de téléphonie mobile. D'après nos confrères de RFI, les juges ont fait savoir aujourd'hui à des hommes d'affaires maliens de ne pas sortir du territoire national.

« 2014, année du redressement économique au Mali » cette phrase évoquée par le président de la république lors de son discours de nouvel an, sera étayée selon lui par « Un appareil judiciaire de qualité »

Extrait du discours de nouvel an, du président Ibrahim Boubacar Keita
« La gestion rigoureuse de nos ressources passe par le contrôle de la corruption sur deux fronts : la lutte contre l'impunité et les réformes systémiques. Pour ce qui est des mesures systémiques, j'ai demandé au Premier ministre de tout entreprendre pour que notre administration puisse bénéficier de l'accompagnement approprié. Oui, je dis et redis que l'argent des Maliens est sacré et qu'il faut désormais l'utiliser à bon escient. C'est pourquoi, je décrète l'année 2014, année de la lutte contre la corruption. Un combat dans lequel je demande à chaque malienne, chaque malien, de s'engager avec moi. Nul ne s'enrichira plus illégalement et impunément sous notre mandat, Incha'Allah. Je suis conscient que les familles souffrent, que les salaires sont dérisoires, et que tout ceci ne contribue pas à prévenir la corruption. Tout ce qui sera en notre pouvoir de faire pour augmenter les revenus le sera, c'est mon rôle et ce sera ma fierté. Les hommes et les femmes du gouvernement cesseront, croyez-moi, d'être à leur place, le jour où ils ne travailleront plus à un Mali qui arrive à nourrir ses enfants, à les éduquer convenablement, à les employer, bref à les encadrer dans un environnement hautement concurrentiel où les pays qui n'anticiperont pas resteront sur le quai. Toutefois, il faut accepter alors que pour le bien-être de demain, celui de nos enfants donc, nous acceptions de donner plus à la patrie. Le Mali d'abord ! C'est ma philosophie, c'est notre salut ».


TAGGED UNDER
IBK Corruption Justice Développement