×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

En attendant IBK à Alger les pourparler avec les groupes armés se poursuivent

Catégorie

Politique

Publication

jeudi 16 janvier 2014 17:56

Affichage

2092

Les groupes armés du nord du Mali, signataires des accords de Ouagadougou sont réunis depuis de trois jours à Alger à l'invitation des autorités locales. La proposition de médiation de l'Algérie à pour objectif de remettre en scelle le processus de Ouagadougou jusqu'ici au point mort. Les discussions qui se sont engagées visent, selon ses initiateurs à ouvrir la voie à de véritables négociations, 60 jours après l'installation du nouveau président.

Les accords signés au Burkina Faso avaient prévu ce calendrier qui n'a pas été tenu à ce jour . Aucun pourparler ni aucun signe d'une quelconque volonté d'engager des discussions ne s'est manifestée depuis le mois de décembre .Plus grave les positions entre l'Etat Malien et les groupes armés se sont radicalisées au cours des dernières semaines. Le président IBK a affirmé qu'il n'était pas question pour lui de négocier avec des groupes armés. Quant ces derniers les discours va-t-en- guerre se sont faits entendre durant la même période. D'où l'inquiétude du grand voisin qui entend rapprocher les points de vue entre le gouvernement malien et les mouvements rebelles . La tenue de ces pourparlers directs est nécessaire à la stabilité de la région. L'annonce de la participation à ces discussions soutenues par l'Algérie montre que la première étape de l'initiative a été atteinte. Pour les observateurs la visite demain en Algérie du président IBK marque le démarrage d'une dynamique lui permettant de renouer directement ses discussions avec les rebelles. Pour l'heure il n'est pas encore question d'accord mais la rencontre d'Alger devrait remettre sur les rails la recherche d'une forme de normalisation des relations du nord avec le reste du pays.
Fausse note dans les pourparlers d'Alger. Les discussions sont perturbées par un différent au sein du MAA.
Le secrétaire aux relations extérieures du Mouvement arabe de l'Azawad, a fait une mise au point ce matin. « Nous ne sommes pas à Alger» a-t-il dit , « parce que nous n'avons pas été invités». Mohamed El Mouloud Ramdan estime que la délégation présente en Algérie n'est pas légitime et a été désignée à Bamamako.
Par ailleurs, les pourparlers d'Alger font ressurgir la question des 6 otages algériens enlevés à Gao et détenus par les groupes armés depuis le début de la crise. Ces derniers auraient déclaré être favorables à la libération de ces otages retenus depuis un an par des éléments du Mujao. Cette information a été confirmée par le secrétaire à la communication du MAA, Sidi Mohamed.