×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Bert Koenders plaide pour l'accélération du déploiement de la Minusma avant l'été

Catégorie

Politique

Publication

vendredi 17 janvier 2014 17:35

Affichage

1502

Bert Koenders le responsable de la Minusma , a appelé la communauté internationale à continuer de soutenir les efforts pour aider le pays à sortir définitivement de la crise. Devant le conseil de sécurité le Représentant spécial , a estimé que « le Mali est à la croisée des chemins ». Selon lui « la communauté internationale doit continuer de soutenir activement les efforts nationaux actuels pour orienter le pays dans la bonne direction et éviter un retour aux anciennes habitudes qui ont entraîné la crise sans précédent, il y a plus d'un an ».

Dans son plaidoyer le représentant de l'ONU a estimé que dans les mois à venir, le Mali va devoir « combattre les causes profondes et complexes des crises successives que le pays a connues. Il devra aussi , poser les bases durables pour la paix et la réconciliation, et redevenir un partenaire stable pour une sécurité régionale assurée». Selon lui, cela nécessite que « les pourparlers inclusifs avec les communautés du nord et les signataires de l'Accord préliminaire démarrent sans tarder. Une feuille de route et un cadre de concertation incluant les Nations Unies et la communauté internationale doivent être mis sur pied. Parallèlement il demande que l'État se redéploie et les services de base redeviennent fonctionnels sur l'ensemble du territoire national. Il a insiste enfin sur le retour à la sécurité à travers un le lancement rapide d'un processus de désarmement et de démobilisation ». Selon le Représentant spécial, « des avancées sur chacun de ces éléments sont nécessaires pour réussir dans un contexte régional qui reste fragile et périlleux». Bert Koenders estime que « le moment est venu pour avancer sur cet agenda composite ». Un retard selon lui « peut compromettre les gains déjà réalisés » . Évoquant la situation sécuritaire dans le nord le Représentant spécial a déclaré que « le contexte demeurait volatile », tout en condamnant fermement « la recrudescence des attentats terroristes ».
Les moyens de la Minusma en question
La présence du Représentant spécial à New-York intervient dans un contexte très délicat pour lui. Tout d'abord la nouvelle donne que pourraient tracer les pourparler d'Alger mais aussi le débat de plus en plus pressent sur les moyens de la Minusma.
Avec 5.488 Casques bleus, les effectifs de la Minusma sont loin des 11200 hommes autorisés par le Conseil de sécurité. En fait, au lieu de gagner des troupes, la Mission des Nations unies au Mali en a au contraire perdu depuis qu'elle a pris le relais de la force africaine (la Misma) en juillet dernier : elle est passée de 6.300 à 5.539 militaires. Même si l'arrivée d'ici avril de 3000 hommes supplémentaires, est annoncée , le calendrier du renforcement de la mission a pris du retard. Cela a eu pour conséquence la modification de celui du retrait de l'opération serval dont la présence doit s'exercer en cohérence avec la montée en puissance de la force des Nations Unies.
Cette semaine l'ambassadeur de France aux Nations unies, Gérard Araud, a reconnu que le déploiement de la Minusma était «un peu lent».
Cette situation place le représentant spécial sous pression . D'où son appel pressant cette semaine au conseil de sécurité.« Il est essentiel» a-t-il déclaré « que la communauté internationale continue d'appuyer sans délai, les efforts pour accélérer le déploiement des unités restantes de la MINUSMA dans le nord du pays ». Il est indispensable aujourd'hui « d'accélérer le déploiement de la Minusma d'ici l'été». Les seuls réponses parvenues à ce jour sont celles des Pays Bas et de la Chine. Additionnées les forces de ces deux pays représentent un peu moins de 1000 hommes.
Jeudi 245 militaires chinois sont arrivés à Gao. Ils ont rejoint leurs compatriotes déjà déployés dans le cadre de la Minusma,. Ces Casques bleus avaient quitté la Chine mercredi. Ils renforcent l'autre contingent chinois sur place depuis décembre. L'effectif des casque bleus chinois s'élève désormais à près de 400 hommes à Gao.


TAGGED UNDER
MINUSMA ONU Nord Ouagadougou