×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Le parlement malien s'apprête à élire son président

Catégorie

Politique

Publication

mardi 21 janvier 2014 18:20

Affichage

772

Les nouveaux députés élus en novembre et décembre 2013 sont convoqués demain en séance extraordinaire pour choisir leur président et adopter le règlement intérieur qui sera soumis à la cour constitutionnelle. Après validation de celle ci, la session se poursuivra par l'examen de projets de lois, dont un consacré à la réconciliation nationale.
La session de mercredi sera consacrée à l'élection du président.

Cette élection ne devrait être qu'une procédure de pure forme. Le RPM et ses alliés qui possèdent une large majorité ont désigné un seul candidat. Selon des sources proches du parlement on évoque la candidature d'Abdrahamane Niang. De son côté l'opposition à d'ores et déjà annoncé qu'elle ne présentera personne.
Passé cette élection du président durant la semaine, les députés vont examiner le règlement intérieur. Celui ci sera transmis à la cour constitutionnelle pour validation. Cette procédure devrait prendre quelques jours. Ce n'est qu'après l'avis de la cour, que la session pourra reprendre avec la mise en place du bureau de l'assemblée et des commissions.
Cette étape franchie, les députés pourront alors commercer l'examen de projets de loi, notamment celui relatif à la création d'une «Commission Vérité, Justice et Réconciliation» et un autre sur «la prévention et à la répression de l'enrichissement illicite». Au cours de cette session les parlementaires devront aussi examiner le projet de budget 2013-2014.
Le Parlement malien, compte au total 147 sièges. Sur ces 147 députés, seuls 24 ont été réélus lors des dernières législatives.
Parmi les nouveaux parlementaires, figurent le fils du président, Karim Keïta, élu dans une commune de Bamako, ainsi que l'ex-ministre Soumaïla Cissé, battu au second tour de la présidentielle par Ibrahim Boubacar Keïta. Ce dernier a été élu député de Nianfunké dans le nord. Son parti, l'Union pour la République et la démocratie (URD), a enlevé au total 17 sièges.