×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 236

Le premier ministre malien Oumar Tatam Ly à Bruxelles

Le dernier rapport d'OFXAM au Mali demande plus de transparence aux aide des donateurs

Oxfam et ses partenaires de la société civile tempère les conclusions de la conférence des donateurs qui s'est tenue il y a quelques jours à Bruxelles.Lors de cette réunion qui s'est tenue en présence du premier ministre malien, les responsables européens ont été unanimes à reconnaître la bonne utilisation des fonds mis à disposition du Mali.

Dans son dernier rapport OXFAM remet en cause en partie, ces conclusions.
Selon l'ONG, les donateurs de la conférence de Bruxelles s'étaient engagés à verser 3,2 milliards d'euros pour le développement et la reconstruction au Mali. Cependant, « le montant exact des fonds transférés au Mali demeure difficile à évaluer », notamment « à cause de la complexité des engagements ». Si bien que l'on peut s'interroger, déclare OXFAM « sur le montant d'aide réellement disponible pour la stabilisation et la reconstruction du pays , en particulier pour ce qui est de la France ». C'est la raison pour laquelle les organisations de la société civile maliennes et Oxfam veulent que ces promesses d'engagements soient soumises à un véritable suivi, conformément au standard de l'Initiative Internationale pour la Transparence de l'Aide.
Selon le Directeur Pays pour Oxfam au Mali, « le Mali est à la croisée des chemins ». « Les décideurs, Européens doivent placer la justice, la réconciliation, la participation citoyenne et le développement équitable au centre de leurs préoccupations . Pour lui beaucoup reste à faire pour assurer la restauration d'un ordre démocratique, la bonne gouvernance et mettre fin à la corruption ».
OXFAM pointe la nécessité pour les bailleurs et le gouvernement de permettre aux victimes des exactions d'accéder à la justice. D'accélérer la mise en place de la commission pour la vérité justice et la réconciliation. Autre préoccupation, celle de la représentativité des femmes, et enfin l'aide alimentaire d'urgence qui concerne 800.000 personnes dans le pays.

Tags
Gouvernement gouvernance Union Européenne