Le président IBK.

26 Mars : IBK lance un appel au dialogue aux groupes armés

Ce 26 mars 2014 consacre le 23ème anniversaire de l'avènement de la démocratie au Mali. Pour certains observateurs, le bilan est mitigé au regard de l'absence d'institutions fortes. Mais pour le président IBK, qui s'est adressé à Nation, le sacrifice du 26 mars n'est pas vain. Dans son allocution télévisée le chef de l'Etat a appelé les groupes armés au dialogue.

« Parents de martyrs, sachez et sachons que le sacrifice des nôtres n'a pas été vain. 26 mars, occasion solennelle de célébrer la révolution malienne qui a permis de dialoguer avec la rébellion d'alors, puis la signature du pacte historique de 1992.
Je veux renouveler mon appel aux mouvement rebelles du Mali : qu'ils viennent autour de la table, qu'ils acceptent sans atermoiement et sans subterfuges le dialogue qui nous permettra de valider un avenir meilleur et mieux assuré pour nos régions septentrionales aux vulnérabilités, hélas réelles. Qu'ils fassent en sorte apaiser, puis remobiliser nos frères et sœurs des camps de réfugies, puissent envisager sans tarder leur retour dans leurs sites respectifs. Mais qu'ils viennent à ce dialogue, tant attendu, avec certitude que l'Etat restera unitaire, un et indivisible ».

23 ans après quel bilan peut-on tirer du « 26 mars » ?
Bilan mitigé selon le Pr. Mamadou Samaké, chargé de cours à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l'université de Bamako.
Pour lui toutes ces années n'ont pas permis aux libertés publiques de progresser dans le pays

« Le bilan est mitigé. Si je devais porter un jugement, je dirais: peut mieux faire. Dans la mesure où c'est une insurrection populaire qui a été à l'origine de l'avènement de ce qu'on a appelé « la révolution de mars ». Révolution au plan institutionnel avec l'avènement du multipartisme, l'élargissement des espaces d'expression à travers la pluralité des ondes.
Sur le plan institutionnel, il y a beaucoup à faire pour l'émergence d'institutions fortes. Parce que notre système électoral de 1992 à 2012 avait en son sein la fraude.
Ce qui avait amené mars 1991, C'est à dire à l'origine de l'insurrection populaire de 91, c'était la lutte contre l'injustice, les inégalités, le népotisme dans la gestion des affaires publiques, etc. Et si l'on compare de 1992 à nos jours, et de 1960 à 1991, C'est de 92 à nos jours qu'on a volé que toute l'histoire du Mali réunie, qui est une histoire millénaire. C'est sous la démocratie qu'on a vu des fonctionnaires milliardaires... »