Des téléphones GSM

Grogne à Maroc Télécom : les salariés bloquent l'accès à la direction générale

La grogne monte à Maroc Télécom. Les salariés ont organisé hier un sitting devant la direction générale de Sotelma Malitel la filiale malienne de l'opérateur Marocain.
Les salariés réclament 10 % des 106 milliards de bénéfices réalisés ces dernières années et le respect du pacte de l'état avec l'opérateur. Maroc Télécom actuellement en plein développement vient de s'associer avec un autre géant des télécommunications, Emirati Etisalat.

Maroc Telecom, détenu à 30% par l'état chérifien , est déjà présent dans plusieurs pays d'Afrique. La société possède ses propres filiales en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso et au Gabon.
L'an dernier, son PDG Abdeslam Ahizoune a annoncé qu'il allait poursuivre le développement du groupe sur le continent.

A fin 2013, Maroc Telecom a enregistré un chiffre d'affaires de 2,5 milliards d'euros. Ses revenus à l'international ont connu une croissance de 9,5%, l'an dernier à plus de 700 millions d'euros.
Maroc Telecom a annoncé il y a quelques jours l'acquisition de filiales africaines de l'opérateur émirati Etisalat pour 650 millions de dollars. Cet accord prévoit le rachat des filiales « au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Gabon, au Niger, en République centrafricaine et au Togo ». Avec cet accord Emirati Etisalat devient l'actionnaire majoritaire à 53 % de Maroc Télécom en remplacement du Français Vivendi. Le coût de la transaction va s'élever à plus de 4 milliards d'euro pour la compagnie Emirati Etisalat.
Les salariés de Maroc Télécom ont assigné hier la direction générale.
Le 25 avril dernier, il avaient introduit une saisie conservatoire des comptes de Maroc Télécom. Ils exigent de l'Etat et de la société de téléphonie une part de 10% des 106 milliards, de bénéfices réalisés ces dernières années.
Daouda Traoré est le secrétaire général du Syndicat des télécommunications. Issa Fakaba Sissoko l'a rencontré .
« Nous réclamons la part des 10% du capital que l'Etat malien nous doit, en plus de part dans les dividendes réalisées de 2010 à maintenant qui s'élèvent à hauteur de106 milliards de francs CFA que la SOTELMA à engrangées comme bénéfice net au cours des quatre années passées.
Nous ne sommes pas en contentieux contre Maroc Télécom, mais contre l'Etat. Mais Maroc Télécom entre dans la danse parce qu'il est signataire du Pacte d'actionnaire. La société avait dit clairement dans ce pacte qu'elle s'engage à aider l'Etat pour asseoir l'actionnariat salarié. C'est la raison pour laquelle que nous avons assiégé la direction générale pour donner l'alerte. Et je précise qu'il ne s'agit que d'une alerte. Dans les jours à venir, s'il n'y a pas eu d'évolution, d'autres actions seront menées.
Il y a beaucoup d'autres points qui nous opposent à notre employeur, notamment le non respect des textes en matière de législation du travail. Et je dis que si les dirigeants ne respectent pas les textes régissant les relations de travail, et que l'Etat malien ferme les yeux la-dessus, nous nous demandons dans quel pays nous allons vivons ? ».