La polémique enfle autour de l'avion présidentiel

Le nouvel avion présidentiel continue de provoquer réactions et interrogations. Cet avion aurait coûté entre 17 et 20 milliards de francs CFA . Après d'âpres débats à l'assemblée sur l'utilité de cet achat , et de vives critiques de l'opposition, le Fonds monétaire international vient de demander des comptes aux autorités maliennes. Ce qui fait planer des incertitudes sur les programmes en cours.


En janvier dernier Anton Op de Beke, le Représentant Résident du Fonds Monétaire International, complimentait le Mali pour « sa gestion prudente et rigoureuse des fonds publics ».
Trois mois après le ton a changé. L'achat de l'avion présidentiel est devenu un caillou dans la chaussure des bonnes relations entre les autorités du pays et l'antenne du FMI à Bamako. C'est par la presse que celle ci a appris l'acquisition, dont le coût varie selon les versions, entre 17 et 20 Milliards de francs CFA. La découverte de l'achat agace visiblement le FMI au point qu'il pourrait constituer un préalable au prochain décaissement . « Nous leur posons des questions sur l'achat de cet avion, sur les procédures qui ont été suivies » a confié à RFI Anton Op de Beke. Mais les interrogations du Fonds monétaire international ne s'arrête pas à ce seul dossier. Il est aussi question d'un contrat d'armement passé avec le ministère de la défense qui s'élève à 108 milliards de Francs CFA. Ni la présidence, ni la primature n'ont pour l'instant réagit.
Pour le Parti Renaissance Nationale, PARENA, la réaction du FMI est la preuve qu'il n'a pas été écouté par le gouvernement après la publication de son mémorandum. Le parti d'opposition demande à IBK de s'inspirer de l'exemple du Malawi, dont la présidente a décidé de vendre l'avion présidentiel pour faire face aux priorités de son peuple.
Le secrétaire général du PARENA, Djiguiba Keïta dit « P.P.R » joint par Issa Fakaba Sissoko.
« Malheureusement l'évolution des choses donnent raison au PARENA. Finalement on se demande à combien l'avion a été acheté ? Quand le premier magistrat parle de 17 milliards, et son Premier ministre 20 milliards, on se pose toujours la question. Et aujourd'hui le FMI élève le ton parce qu'il se sent floué. Le FMI était là du 6 au 19 mars derniers, personne n' a parlé de l'avion, et brusquement on apprend dans la presse que le Mali a acheté un avion à 20 milliards.
Notre vision est une vision très patriotique, qui conseille une gestion rigoureuse des maigres ressources que nous avons.
L'autre jour, un de vos confrères a mis à sa « une » le mauvais exemple d'IBK et le choix lucide de la présidente du Malawi. Voici une présidente qui a succédé à un président. Ce dernier avait eu la folie d'acheter un avion présidentiel à 22 millions de dollars, seulement d'ailleurs. Quand le président est décédé, lorsqu'elle, est venue aux affaires, elle dit « non » ! Mon pays est tellement en difficulté que je ne peux pas me payer le luxe de garder cet avion. Elle l'a vendu à 15 millions de dollars pour acheter des engrais, du mil, du maïs et du sorgho pour sa population. ça c'est la lucidité !