Tombouctou fête le premier anniversaire de sa libération.

Catégorie

Société

Publication

lundi 27 janvier 2014 17:53

Affichage

900

Il y a un an jour pour jour le journal français libération écrivait:« l'entrée des soldats français et maliens dans Tombouctou a été saluée par les vivats des habitants de cette cité mythique du nord du Mali, occupée pendant des mois par les islamistes armés».Aux cris de «Mali, Mali, Mali», la foule brandissait de petits drapeaux français et maliens au passage des soldats.Un des habitants, Mahamane, âgé d'une vingtaine d'années, s'est dit soulagé de cette arrivée après des mois de «souffrance» et de «chicotte» infligés par les islamistes armés. Les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda contrôlaient Tombouctou depuis avril 2012. Ils y ont commis de nombreuses exactions au nom de leur interprétation rigoriste de la charia , et ont également détruit des mausolées de saints musulmans et des manuscrits précieux datant de plusieurs siècles, autant de signes «d'idolâtrie», selon eux. Ces exactions et destructions ont suscité l'indignation internationale».

Un an après Tombouctou a célébré ce lundi cette libération. Les cérémonies présidées par le gouverneur de la région ont donné lieu à une prise d'arme suivie d'un défilé militaire. Le colonel Keba Sangaré, chef des opérations militaire à Tombouctou, estime que la libération a été obtenue grâce à la collaboration de la population de la ville. Aujourd'hui souligne-t-il «on peut dire que depuis la libération, tous les jihadistes qui s'étaient infiltrés à l'intérieur de Tombouctou ont été circonscrits» Selon lui «plus de 300 suspects ont été arrêtés grâce aux informations données par la population». Le colonel Sangaré mesure le chemin parcouru, «on peut dire que le bilan est vraiment positif parce que l'armée arrive désormais à sécuriser le retour des réfugiés. La ville de Tombouctou commence à renaître progressivement». Les célèbres mausolées et les manuscrits de Tombouctou resteront les symboles de l'outrage des jihadistes à l'histoire de la ville. Un an après, les cicatrices de la fureur islamiste sont encore visibles. Sane Chirfi Alpha, coordinateur national du projet Mali 15 des manuscrits de Tombouctou, évoque le saccage des trésors de la ville. «Par la force des choses et par la prévenance des populations, le plus grand nombre des manuscrits a été sauvé. Plus de 400 000 manuscrits ont ainsi été exfiltrés vers Bamako et beaucoup sont restés cachés. Les manuscrits qui sont détruits, ce sont quelques manuscrits que les jihadistes ont brûlé au niveau de l'Institut Ahmed Baba». Beaucoup a déjà été fait pour sauver les manuscrits, les numériser et les cataloguer. Dans ce domaine, Sane Chirfi Alpha salue le travail de l'ambassade d'Allemagne.
«Après la libération, il y a eu un engouement pour remettre les choses en place. Il y a eu plusieurs missions de l'UNESCO pour recenser les mausolées détruits et faire l'état des lieux, mais jusqu'à ce jour rien a été fait ». En attendant des actions concrètes Sane Chirfi Alpha, plaide pour la reconnaissance d'un statut particulier des manuscrits de Tombouctou. « Les manuscrits n'ont pas de statut, les œuvres d'art sont protégées par la loi, mais pas les manuscrits. Il y a un vide juridique. Il faut aussi que le ministère de la culture œuvre pour que l'on classe les manuscrits sur la liste du patrimoine mondial et cela va emmener d'autres mesures de protection comme les 16 mausolées de Tombouctou».


TAGGED UNDER
Tombouctou djihadistes