Kidal privé d'école depuis trois ans.

Catégorie

Société

Publication

vendredi 7 février 2014 18:12

Affichage

2133

Annoncée pour le mois de novembre dernier, l'école n'a toujours pas repris à Kidal.
Les responsables académiques en charge de la scolarité sont même retournés à Bamako depuis plus de 2 mois. Ils seraient en train de chercher une issue au blocage des groupes armés qui interdisent l'accès aux écoles publiques .

La reprise des cours est devenue en effet une question politique. Le HCUA, le Haut Conseil pour l'Unité de l'Azawad demande l'introduction de l'enseignement du Coran dans les programmes scolaires des écoles publiques à Kidal, ce qui est contraire selon le gouverneur au principe de l'école publique laïque. Les élèves sont privés d'école depuis maintenant 3 ans, du fait de la crise. «Nous sommes pris en otage, nous et nos enfants» déclare un parent d'élève. «On voudrait que l'école ne soit pas politisée par les belligérants, comme c'est le cas en ce moment à Kidal. C'est une situation qui nous dépasse ».
La position du HCUA bloque toute perspective de retour de l'enseignement dans la ville.Les familles les plus démunies sont les principales victimes de cette situation.
Un autre parent d'élève témoigne: « on n'a pas les moyens d'envoyer nos enfants au sud, ou ailleurs pour qu'ils puissent étudier. Cela fait maintenant trois ans qu ils sont privés de scolarité. C'est déplorable».
A Kidal, l'impossibilité pour les écoles d'ouvrir leurs classes provoque la colère d'une partie de la population. Beaucoup de parents attendent aujourd'hui la reprise de l'école, même si elle doit se faire avec peu de moyens. Les habitants souhaitent que dans ce domaine les accords de Ouagadougou soient respectés . «C'est ça qu'on demande aux groupes armés, au gouvernement, ainsi que tous les autres qui sont les garants de l'accord de Ouaga. Il faut que les deux parties, le gouvernement, les groupes armés , et la MINUSMA prennent des initiatives pour que cela cesse dès maintenant et que l'école reprenne dans les plus brefs délais. »
ll y a trois semaines, un tentative de reprise des cours du groupe scolaire Bayes Ag Mahaha a fait long feu. Le jour même un groupe de jeunes a envahi l'établissement interdisant l'accès des élèves et des enseignants. Pour un habitant de Kidal, joint au téléphone «on sait que ce n'est pas de leur propre initiative que les jeunes sont intervenus. Leurs chefs sont au courant et c'est avec la bénédiction de leurs leaders qu'ils continuent à bloquer la situation».
Depuis cet événement rien ne s'est passé. Le groupe scolaire est toujours fermé et il n'y a toujours pas de signe de reprise.


TAGGED UNDER
Kidal enfants Education